L'actualité des ICC

Ubisoft et Montpellier Une longue histoire

Le numéro trois mondial du jeu vidéo offre à son studio montpelliérain des locaux flambants neufs. Il confirme ainsi son attachement à une ville où sont nés quelques-unes de ses plus célèbres créatures, Rayman comme Les Lapins Crétins, des vedettes internationales.

Rayman, ambassadeur du jeu vidéo à Montpellier ? Probablement. Le petit personnage sans jambes, ni bras ni cou, est une vedette internationale. Depuis son arrivée sur le marché en 1995, près de 20 millions de jeux ont été vendus dans le monde. S'ajoutent les téléchargements de ses déclinaisons sur téléphone mobile, dont le nombre dépasse les 30 millions.

Rayman est la figure de proue d'Ubisoft Montpellier, studio qui occupe une place très particulière au sein de son groupe, géant du jeu vidéo et numéro trois mondial de son secteur. Car la genèse de l'infatigable bestiole est à elle seule une histoire : Michel Ancel, concepteur de jeux vidéo chez Ubisoft, avait décidé de vivre à Montpellier. Le groupe l'a donc suivi, en lui proposant de créer un jeu sur place. Voilà comment le studio montpelliérain a vu le jour, ainsi que le célèbre Rayman.

Galvanisée par l'hyperactivité de son premier héros, l'équipe constituée autour de Michel Ancel a démarré sa carrière en trombe. En fonctionnant à la manière d'un collectif d'artistes sollicitant, au besoin, des personnalités emblématiques du jeu vidéo, comme le français Éric Chahi, créateur du cultissime Another World, sous la direction duquel a été développé From Dust (2011).

Ubisoft Montpellier s'est ainsi forgé une identité singulière et une notoriété internationale en multipliant les réussites. Car d'autres vedettes sont venues, depuis Rayman, compléter la liste de ses créations, à commencer par Les Lapins Crétins en 2006. Ces stupides animaux ont séduit plusieurs dizaines de millions de joueurs. Aujourd'hui encore, leur succès ne se dément pas : à Noël 2017, Nintendo a sorti un opus où leurs aventures associent Mario.

 

Ce studio met cependant autant de passion à inventer des personnages qu'à adapter des univers cinématographiques. À son actif figurent les jeux officiels, tirés de deux films : King Kong (2005) du réalisateur Peter Jackson, et Tintin et le Secret de la Licorne (2011) de Steven Spielberg. Ubisoft Montpellier sortait, dans le même temps, un jeu vidéo chorégraphique, basé sur les chansons d'un autre hyperactif, Michael Jackson. Basé sur le moteur du jeu Just Dance, cette déclinaison, pour être la plus juste possible, a été réalisée en collaboration avec le chorégraphe du chanteur, Travis Payne, venu spécialement à Montpellier.

S'il est difficile de cataloguer le travail de ce studio, de le ranger dans des cases, il est en revanche aisé à identifier. « Les projets sortis d'Ubisoft Montpellier ont tous une identité propre, empreinte d'émotion, ainsi que de deuxième et troisième degrés. Pour la plupart, ils n'auraient pas pu être faits ailleurs », observe Francis Coldebœuf, son directeur de production.

L'équipe est toujours à l'affut des technologies susceptibles d'apporter de nouvelles expériences de jeu. Ainsi, Les Lapins Crétins ont été le tout premier jeu créé spécialement pour la Wii, tirant profit de l’accéléromètre utilisé par la console du fabricant japonais Nintendo. Le jeu Michael Jackson, The Experience, a également été porté sur Wii.

Aujourd'hui encore, le studio continue d'innover. Il prépare un nouvel épisode de Beyond Good and Evil, qui prend la forme d'un préquel, précédent l'histoire racontée dans l'opus commercialisé en 2003. Ubisoft l'a annoncé à Los Angeles, lors de l'E3 2017, le plus grand salon mondial du jeu vidéo. Disponible sur Youtube, le trailer de ce nouvel épisode démontre que la qualité d'image du jeu en préparation n'aura absolument rien à envier au film d'animation.

Depuis 23 ans donc, Ubisoft Montpellier fait la preuve d'une belle capacité d'innovation, alimentée par un écosystème local particulièrement vivace en matière de jeu vidéo. Depuis toutes ces années cependant, il exprimait son talent dans des locaux loués. Reconnaissance ultime : son groupe a décidé de l'enraciner une bonne fois pour toutes à Montpellier, belle cité du sud de la France, en investissant dans la construction de 4 500 m2 de bâtiment, sur un terrain voisin de l’actuel studio. « La Métropole de Montpellier nous a accompagnés dans notre nouveau projet », souligne Francis Coldebœuf. L'emménagement est prévu pour l'été 2019. Le studio montpelliérain sera enfin chez lui, dans ses propres murs, et il pourra continuer à apposer sa signature dans l'industrie du jeu vidéo. Sa Montpellier touch.

Un nouveau studio aux allures futuristes

Le groupe Ubisoft a lancé officiellement le chantier de son nouveau studio montpelliérain en novembre 2017. Conçu par l’architecte montpelliérain Philippe Rubio, le bâtiment « aux allures ultramodernes » s’implante à Castelnau-le-Lez, non loin de Dell et d’IBM. Il bénéficiera « de technologies de pointe en termes d’équipements, d’aménagements et de confort de travail » : gestion de la luminosité́, température, bruit, etc.

Futuriste, vêtu d’une robe sombre, il s’élèvera sur trois niveaux et sera surmonté d’une terrasse. Le bâtiment a été pensé « pour que les gens s’y sentent bien. »

C’est la première fois que le groupe fait construire de A à Z un studio de développement. « Montpellier est une ville pionnière du jeu vidéo pour Ubisoft. On y a créé des marques extrêmement prestigieuses et importantes pour notre groupe. Montpellier est une excellente ville pour attirer les meilleurs », a rappelé Xavier Poix, directeur des studios France d’Ubisoft.